mardi 4 juillet 2017

Le chant de Susannah (La Tour Sombre 6) – Stephen King


« Ils se retrouvèrent tous les trois assis dans la cuisine de la location Jaffords numéro 19, à boire du café en plongeant de grosses fraises dans un bol de sucre en poudre. A la fin de leur palabre, ils avaient l'air de trois assassins qui auraient trempé le bout des doigts dans le sang de leur dernière victime. »
Compte tenu de la fin tout en cliffhanger du tome 5, il était difficile de ne pas enchaîner immédiatement sur la suite des aventures de Roland et de son ka-tet. C’est pourquoi ce tome-là n’a pas fait long fait feu, pressées que nous étions avec Alys d’attendre enfin la Tour sombre avant la sortie du film ! Attention, ce compte rendu contient quelques spoilers (sur la fin du 5 surtout), c’est devenu impossible de les éviter !

Donc résumons la situation : Susannah est enceinte d’une créature démoniaque, Susannah est possédée par une nouvelle personnalité déterminée à protéger son « petit gars », et Susannah a pris la tangente à la fin des Loups de la Calla, emportant avec elle la Treizième noire. Oui Susannah est clairement au centre de ce roman (d’où le titre).

Mais s’il n’y avait qu’elle, tout serait si simple. Mais non, notre ka-tet doit aussi acheter un certain terrain à Calvin Tower et comprendre pourquoi le Père Callahan apparaît dans un livre écrit par un certain Stephen King. Cela fait un programme chargé pour ce sixième volume !

Pour l’occasion, la structure change : les longues parties disparaissent au profit de « couplets » composés de chapitres parfois très courts. Et la petite communauté se divise : les points de vue se multiplient, et nos héros se retrouvent dispatchés géographiquement et à travers le temps, tout va bien.

Susannah occupe une bonne partie de l’histoire, et à raison. On comprend mieux ce qu’il lui est arrivé, et sa lutte avec Mia est intéressante à suivre. C’est l’occasion de mettre ce très beau personnage sur le devant de la scène, ce qui n’arrive pas si souvent que cela dans mes souvenirs de lecture. Bref j’ai adoré suivre Susannah (même si au final il ne se passe pas grand-chose).

Les aventures des autres protagonistes sont un peu moins convaincantes : si le parcours de Roland et Eddie commence par une scène dantesque digne d’un film d’action (saupoudré d’une dose de western), je ne sais que penser que la séquence mise en abîme qui conclut leur aventure, passage brillant mais un brin grossier.

Quand à Jake et au Père Callahan, ce sont un peu les oubliés de l’histoire : un couplet et puis s’en va, comme si l’auteur se contentait du minimum syndical. Comme l’a si bien fait remarquer Alys, c’est un peu comme dans Le Seigneur des Anneaux cette intrigue éclatée, sauf qu’ici tout le monde ne dispose pas du même temps de parole !

Globalement Le chant de Susannah est un roman qui se dévore : les séances de palabre et d’introspection de Susannah sont aussi prenantes que lorsque Roland et Eddie passent à l’action. Et difficile de résister à l’envie de se jeter sur le tome 7 une fois la dernière page tournée.

Cependant je dois avouer être restée un peu sur ma faim. Ce tome 6 ressemble plus à un interlude ou à un prologue au tome 7 qu’à une vraie histoire complète, où l’auteur cherche avant tout à poser ses pions au bon endroit. Et mon ressenti est partagé sur certains passages qui jouent avec la réalité, qui sont certes déstabilisants mais qui semblent aussi un peu faciles.

Cela ne rend pas cette lecture déplaisante pour autant, mais je ne voudrais pas que le tome 7 (le final, la conclusion, la fin de toutes choses) me donne le même ressenti, ce serait fort dommage !

D’autres avis : Alys, Feanor, Tortillapolis, Zaela

8 commentaires:

  1. My oh my trop d'émotiooon.
    (Si la fin me laisse sur ma faim [fin, faim, lol] après un effort de lecture de l'ordre de 4 000 pages, je loue une voiture aux États-Unis et je renverse Stephen King moi-même.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      Mais pourquoi tant de violence ? xD

      Supprimer
  2. La bête en question m'impressionne et même s'il est dans la bibliothéque(mon mari est fan de King), je n'ai pas encore osé tenter l'aventure de La Tour Sombre. J'avoue aussi que généralement l'horreur n'est pas ma tasse de thé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lutin82
      Si ça peut te rassurer c'est loin d'être aussi horrifique que le roman moyen de Stephen King. Y'a quelques passages glauques/effrayants mais je rapproche plus ça d'un cycle de fantasy (avec une dose de western et de post-apo en prime xD) que d'une histoire d'horreur.

      Supprimer
  3. Je pense que c'est voulu qu'on reste sur notre faim, particulièrement en ce qui concerne Jake et Callahan, mais j'espère que tout sera bouclé comme il faut dans le tome suivant! Sinon j'embarque comme copilote dans la voiture d'Alys! :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grominou
      A ce rythme vous allez trouver du monde pour venir avec vous xD. Mais effectivement je pense qu'il ne faut pas trop séparer les tomes 6 et 7 (à ma première lecture j'avais pas lu la fin tout de suite et j'en avais un peu souffert je crois).

      Supprimer
  4. Réponses
    1. @Tigger Lilly
      On démarre après le 14 juillet normalement ^^.

      Supprimer